Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Biutiful !!!

Publié le par 007bond

"Biutiful" a été réalisé par Alejandro Gonzales Inarritu, sortie sur les écrans le 20 octobre 2010. Au casting :

JAVIER BARDEM/UXBAL

MARICEL ALVAREZ/MARAMBRA

EDUARD FERNANDEZ/TITO

"Le destin d'un homme en chute libre. Sensible aux esprits, Uxbal, père de 2 enfants, sent que la mort rôde. Confronté à un quotidien corrompu et à un destin contraire, il se bat pour pardonner, pour aimer, pour toujours..."

Loin de ces anciennes oeuvres chorales, Inarritu s'échappe dans un univers cinématographique plus indépendant, au coeur d'une Barcelone macabre, d'un seul destin : trajectoire d'une fin de vie ordinaire pour un homme pas si ordinaire, ni bon, ni mauvais, seulement présent, essayant de lutter dans une "merde" ambiante, dans un marécage omniprésent. La boue colle aux pieds du monde, la crasse crache son venin sur le grand écran. Notre conscience valse de porte en porte. La condition humaine est damnée, telle jugée d'un pêché originel, subie par chacun des protagonistes. Les âmes torturées, porté par Javier Bardem époustouflant, déambulent face à l'oeil cru, réaliste et intransigeant du réal mexicain. Mysticisme, pauvreté, cruauté, souffrance... la misère du monde est là 2h20, rongée par le cancer de la vie où la mort apparait plus douce qu'un rêve illusoire de bonheur. L'oppression nous gagne, nous écrase, nous déstabilise, nous laisse sombrer dans les dédales de la maladie, d'une humanité aux bords de l'asphyxie.

"Biutiful" est un hurlement murmuré à nos oreilles, à nos yeux. Puissance magnétique, emplie de noirceur, de désespoir où la nuit constante nous entraine, contre notre gré, vers un sommeil éternel paisible, rassurant. "Biutiful", tel un miroir, aspire notre "essence" et nous laisse la peau nue face à cette civilisation acerbe, la douleur comme seule rédemption : un voyage tranché, à tout jamais, au plus profond de notre chair !!!

_____________________________________________________________



Commenter cet article