Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"

Publié le par Mina

"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"

"Inherent Vice" a été réalisé par Paul Thomas Anderson. Sortie en salle le 4 mars 2015.

JOAQUIN PHOENIX/LARRY "DOC" SPORTELLO

JOAQUIN PHOENIX/LARRY "DOC" SPORTELLO

JOSH BROLIN/LT CHRISTIAN F. "BIGFOOT" BJORNSEN

JOSH BROLIN/LT CHRISTIAN F. "BIGFOOT" BJORNSEN

KATHERINE WATERSON/SHASTA FAY HEPWORTH

KATHERINE WATERSON/SHASTA FAY HEPWORTH

JOANNA NEWSOM/SORTILEGE

JOANNA NEWSOM/SORTILEGE

OWEN WILSON/COY HARLINGEN

OWEN WILSON/COY HARLINGEN

BENICIO DEL TORO/SAUNCHO SMILAX ESQ

BENICIO DEL TORO/SAUNCHO SMILAX ESQ

REESE WITHERSPOON/PENNY KIMBALL

REESE WITHERSPOON/PENNY KIMBALL

HONG CHAU/JADE

HONG CHAU/JADE

MARTIN SHORT/DR RUDY BLATNOYD

MARTIN SHORT/DR RUDY BLATNOYD

L'ex-petite amie du détective privé Doc Sportello surgit un beau jour, en lui racontant qu'elle est tombée amoureuse d'un promoteur immobilier milliardaire : elle craint que l'épouse de ce dernier et son amant ne conspirent tous les deux pour faire interner le milliardaire… Mais ce n'est pas si simple…
C'est la toute fin des psychédéliques années 60, et la paranoïa règne en maître. Doc sait bien que, tout comme "trip" ou "démentiel", "amour" est l'un de ces mots galvaudés à force d'être utilisés – sauf que celui-là n'attire que les ennuis.

"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"
"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"
"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"
"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"
"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"
"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"
"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"
"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"
"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"
"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"
"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"
"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"
"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"
"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"
"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"
"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"

"La croyance dans les bananes psychédéliques perdurait cependant, allègrement relayé par la presse underground qui se fendait d'articles érudits, diagramme à l'appui, comparant les molécules de la banane à celles du LSD, citant d'hypothétiques extraits de revues professionnelles indonésiennes sur des secteurs autochtones et ainsi de suite...." Si aux lecteurs (ices) du livre de Thomas Pynchon une mise en garde semble plus que nécessaire pour mettre (moi aussi) immergée dans son décryptage sous acide...du moins j'ai tenté !!! du bouquin au film il n'y a qu'une caméra voire un "Vice (talent) caché" : celui du manipulateur Paul Thomas Anderson !

LE VICE CACHE (INHERENT VICE) DE THOMAS PYNCHON JR

"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"
"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"

Thomas Ruggles Pynchon jr, né en 1937, - aux états-unis - est un écrivain américain connu avant tout pour son amour de l'absurde/érudition. De ce curieux mélange, il en ressort pour certains grands critiques littéraires, la patte "unique" d'un grand auteur.

Après l'arrêt de ses études d'ingénieurs, Thomas Pynchon se lance (en 57) dans des études de lettres faisant un court passage de deux ans dans l'U.S Navy. Il publie ( les années 50) quelques nouvelles et s'attache à l'écriture de 8 romans ( les années 60), faisant de lui : l'un des écrivains contemporains les plus commentés. De son refus de toute apparition publique et "photographique", Pynchon nourrit les rumeurs jusqu'au point où nombres de personnes s'interrogent sur sa réelle existence. On le surnomme "l'écrivain anonyme" !

Grand érudit et passionné entre autre des mathématiques, la littérature, la musique, la religion, la chimie, le cinéma... ses livres sont généralement difficiles d'accès; jugés pour certains de ses écrits comme "LArc en ciel de la gravité" : illisible, obscène et surécrit. En 1997, peu après l'apparition de son ouvrage "Mason et Dixon", il est traqué et filmé par CNN. Agacé par cette intrusion dans sa vie privée, il accorde une interview en échange d'une non-diffusion de photographies. Une critique dans le New-York Times Book Review le décrira comme une reclus vivant à Mexico. Il fera tout de même deux apparitions dans les années 2000 dans la célèbre série/culte "Les Simpsons" un sac en papier sur la tête. C'est la toute première fois que le monde entendra sa voix !!

Au-delà de son intérêt pour les sciences ou des thèmes tels que le racisme, l'impérialisme, la religion, Pynchon affectionne la dit "Basse culture" pour l'apposé à la "Haute culture" : son intérêt pour les comics, les dessins animés, la télévision, les mythes urbains, le cinéma et le folk art (art naïf) font de lui une des FIGURES MAJEURES du Post-modernisme (définition même d'effacement de hiérarchie entre culture élitaire et culture populaire : dans la littérature postmoderne, l'auteur pose un regard ludique dans la quête du monde chaotique. Le post roman révèle (pour la plupart des écrivains postmodernes une parodie de cette recherche) le besoin pour le dit auteur de privilégier le hasard à la technique et utilise ( au travers de son exécution littéraire) la métafiction pour saper le contrôle "univoque"; en plus clair : le contrôle d'une voix uniqu.

Se jouant des dictats propres à la célébrité, le phénomène PYNCHON soulève toujours des interrogations, de la fascination, de l'étrangeté pour l'oeuvre complexe de l'écrivain INVISIBLE !!!! (Wiki, Evène, New York Times - extraits -, Le cafard invisible, Télérama)

"Je crois que le mot reclus est un mot de code utilisé par les journalistes et qui signifie - qui n'aime pas parler aux reporters."

THOMAS PYNCHON Jr

"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"

En me plongeant dans la lecture du roman de Thomas Pynchon - l'écrivain "fantôme" - je m'attendais à une lecture complexe et bien que tous les chemins - sous "émanations de Hash" qu'emprunte sa plume "déliée" - tentent à nous perdre, l'intrigue principale est somme toute d'une simplicité relative, du moins dans les grandes lignes. De prime abord, l'auteur américain délivre - sur papier - un roman foisonnant, fort coloré, bavard, trop bavard où se côtoient des personnages déjantés. De cette première incursion dans l'univers de l'atypique écrivain, et pour peu que l'on affectionne les situations rocambolesques, on peut se délecter de son "imposant" regard érudit, encore faut-il avoir de sacrés références dans la culture américaine ! c'est là où la lectrice que je suis, a eu bcp de mal à s'y retrouver; faisant sans cesse des allers-retours pour essayer d'assimiler et d'analyser la mécanique "littéraire" psychédélique "pynchoniennne" !

Pynchon situe son récit à l'aube des années 70 où l'on suit un détective privé Doc Sportello - amateur de super/trips sous acide - enquêtant sur l'étrange disparition d'un millardaire/homme d'affaire, aidé pour l'occasion du flic "Bigfoot" (archétype du policier rigoriste) mais au final, peu importe la trame générale - la bien-nommée enquête - que ce soit Pynchon ou le lecteur (ice) comme le soulignerait mon cher co-blogueur Bond "on s'en bat le steak" ! cette dernière sert juste de prétexte à la vision voire la pré-vision d'un écrivain mettant en exergue une Amérique qui fleure bon la défonce à tout va, les chimères du beatnik rêvant de créer une philosophie basée sur la liberté de L'HOMME ET LA NATURE où le CAPITAL n'a plus lieu d'être face à une Amérique rongée par la guerre du Vietnam, le racisme... où se profile les disciples de la sainte religion "capitaliste" : nouveau système ultra-libéral, consumériste, "CONFORMISTE" achevé par internet CANCER de notre société moderne qui sous couvert d'une soi-disant ouverture vers L'AUTRE, l'isole et tente toujours et encore à l'abêtiser pour mieux le manipuler. JE CITE PYNCHON "Les sixties psychédéliques, cette petite parenthèse de lumière, risquaient de se clore après tout, et tout serait perdu, rappelé à l'obscurité" et c'est bien là que se trouve L'AME de "inherent Vice" : Ce vent de liberté - cet épisode d'insouciance - se meurt doucement, pour laisser "place" à des temps plus sombres. Au final, qui du Beatnik/Doc ou du cop/Bigfoot (meilleurs ennemis) restent le plus surpris, réalisant qu'ils sont du même côté de la barrière !

Bien que j'ai pu apprécier le "sel" de ce Vice caché, à savoir : l'humour méchamment décalé, l'absurdité des situations/dialogues, la galerie de doux/dingues dont Doc (personnage attachant), le constat quelque peu amer d'un monde "révolu" à l'aube d'un AUTRE, je me suis perdue dans les multiples digressions "péché mignon de Thomas Pynchon" . Non pas que ce genre d'exercice me rebute, bien au contraire mais à petite dose. Son livre en regorge à pagaille et "désunion" il y a ! La lecture devient, au fil des pages, ardue, méritant une attention de chaque instant. Peut-être n'ai-je tout simplement pas les "bonnes clefs" ou je n'appartiens pas au public "exigeant" (comme l'ont déclaré des critiques littéraires)) pour m'immerger totalement dans le "verbe" frénétique/tragique/délirant d'un génie. A lui, j'ai une nette préférence pour l'écrivain américain Cormac McCarthy ( figure - lui aussi - emblématique du postmodernisme) dont le style épuré, dépouillé de tous artifices où la solitude, la désolation, la violence radicale, la folie et la barbarie de l'homme, la relegion - thèmes récurrents chez McCarthy - m'ont ému, fasciné, hypnotisé à l'image de ses célèbres ouvrages "The Road", " Un enfant de Dieu" ou "No Country for Old Men" pour ne citer qu'eux.

Le "vice Caché" de Pynchon reste la première oeuvre littéraire de l'écrivain américain portée sur le grand écran. Jugée d'approche plus facile, Paul Thomas Anderson réussi l'impossible (du moins pour le blog) : dépassé le roman tout en respectant la folie, le chaos et l'intelligence du propos de l'écrivain/anonyme. Au livre, j'ai préféré le long-métrage du cinéaste !!!!

DANI OLIVIER (Photographe)

DANI OLIVIER (Photographe)

"INHERENT VICE" DE PAUL THOMAS ANDERSON

"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"

Si l'entreprise littéraire "verbeuse" de Thomas Pynchon a pu éprouver un nombre de lecteurs(ices), l'exécution cinématographique de Paul Thomas Anderson s'affranchit de ce babillage pour s'attacher en priorité à Doc Sportello, brillamment interprété par Joaquin Phoenix, en passe de devenir le MEILLEUR acteur contemporain ?!?! et se déleste (au passage) de quelques énergumènes chers à Pynchon. Joaquin Phoenix déclarera JE LE CITE "Si le scénario diffère ou allège l'intrigue ou les dialogues d'un certain nombres de choses, cela permet d'être nourri du récit originel, chargé d'un nombre de détails, notamment sur le personnage principal, qui ne figurent pas dans l'adaptation."

Et bien que Paul Thomas Anderson, de son propre aveu, livre une adaptation des plus fidèles, mettant en avant les thèmes principaux de l'ouvrage dont l'investigation d'un détective "embrumé" , branleur mais néanmoins charmant, la communauté hippie et ses rêves, les meurtres de Charles Manson, les magouilles financières, le trauma d'une guerre, l'aube d'une ère nouvelle, le cinéaste américain continue son incursion au coeur de la manipulation, du paranoïaque après "The Master" : ce dernier convoquait l'après-guerre où un gourou "Lancaster Dodd" dit le Maître, imposait un mode de vie sectaire au travers de sa propre quête personnelle "SON MOI", vivant en marge d'un (futur) monde ultra-capitaliste, et l'on retrouve cette fuite en avant dans "Inherent Vice" de protagonistes voulant échapper à cet effet de masse à venir. Peine perdue ! Une seule époque, deux temporalités.

Mais cette fois-ci, le gourou semble être Paul Thomas Anderson, et ACTEUR SOUS INFLUENCE, il y a : Joaquin devient le pantin/complice de l'intérêt de son réalisateur pour le contrôle : d'un retour en arrière, en juxtaposant ses personnages/prestations (Her, The Master, I'm Still Here) Doc - nouvelle figure - est en recherche (lui-aussi) d'une identité, naïvement incrédule face au monde qui l'entoure, cherchant inlassablement des réponses. Puis viendra la révélation, en toute fin.

A ceux et celles qui tentent (absolument) de comprendre les tenants et les aboutissants, je les invite à se laisser porter par la vague "hallucinogène"; il n'est pas nécessaire de vouloir (tout) assimiler, sauf la magistrale leçon de cinéma. De ce joyeux bordel, les références/hommages se mutiplient. La scène d'ouverture offre une image très hitchcockienne via une musique envoûtante - comme seul le grand maître du suspens aimait à utiliser - puis s'ensuivent des annotations à Howard Hawks et son "Grand Sommeil", "Le Faucon Maltais"... L'amour d'un cinéaste pour le cinéma (français) de la nouvelle vague dont les souffles de "L'année dernière à Marienbad" (Resnais) portent son exécution sur les gréements d'une mer californienne.

Le réalisateur américain multiplie des successions de plans, de scènes géniales et rend plus accessible cet espoir "utopique" couché sur papier Pynchonien. La voix off de Sortilège (personnage secondaire dans le roman, devenue narratrice dans le film : première infidélité) nous véhicule dans l'univers, cette fois-ci, enfanté par le réalisateur. Elle se joue (elle aussi) de Doc puis de NOUS via un temps erroné; le spectateur (perplexe) assiste à une scène de JOUR, cette dernière racontait par la "Belle" de NUIT (ou l'inverse, à revoir ???!!!) Manipulation il y a, une nouvelle fois ! Donc complexité, il y a. Tout comme Doc, sommes-nous dans une réalité ou tout simplement dans le délire d'un détective sous "fumette" aux prises - non pas avec l'oeuvre de Pynchon et encore que - mais bel et bien avec les manoeuvres d'un cinéaste ? Puis la dernière séquence soulève un question, deuxième entorse (et pas des moindres) au livre : si le film se clôture avec la scène où Doc et Sasha son ex-petite amie - "objet" de sa passion, d'un passé commun, du "je t'aime, moi non plus" - se retrouvent à bord de son véhicule, dans le roman, Doc demeure seul; accroché au volant, suivant les lueurs d'une autre voiture JE CITE " Que le brouillard se dissipe, et que, d'une manière ou d'une autre, il y ait cette fois-ci autre chose à la place". Enième manipulation de la part de PTA ??? Doc regarde les feux d'une voiture qui le suit via un décor de fond "appuyé", jette un dernier coup d'oeil à son rétro puis lance, en direction de la caméra "trompeuse" de son initiateur/PTA, un petit rictus au coin de la bouche "interrogateur" : Je suis bien dans un film et tout ceci n'est que pure illusion ??? !!! Smog, il y a !

Ce Vice Caché a un tel palier de lectures, de sous-lectures qu'il paraît nécessaire de le (re)visionner. Mon ressenti reste une des nombreuses relectures que l'on peut fantasmer. Suis-je dans l'erreur ? à vous de voir. Et j'aime à penser qu'au-delà de l'adaptation du polar de Pynchon, cette parenthèse "psychédélique" délivre le jeu d'un Joaquin Phoenix au diapason de son génie où un faiseur/initiateur d'histoires nous conte (à sa manière) la rencontre improuvable de l'Homme et du Monde !!!!

EXTRAIT

" Parfois dans la grisaille, la vue s'illuminait, ordinairement quand il fumait de l'herbe, comme si le bouton de contraste de la création avait été tripoté juste assez pour conférer à toutes choses un vague rayonnement, des poutours de lumière, et une promesse que la soirée allait d'une manière ou d'une autre virer à l'épopée."

PAUL THOMAS ANDERSON

PAUL THOMAS ANDERSON

"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"
DEVIANTART

DEVIANTART

"Les perroquets de sa chemise commençaient maintenant à s’agiter et à battre des ailes, à glousser, voire à parler, encore que ça venait peut-être de la fumette."

INHERENT VICE (THOMAS PYNCHON - Extrait "Le Vice caché")

"INHERENT VICE/QUOI DE NEUF ANDERSON ????"

Commenter cet article

Big Mac S. 25/04/2015 15:28

Salut Mina (et 007Bond que je ne connais pas) ^^

Très belle critique que je plussoie comme toujours ! Paul Thomas Anderson fait définitivement parti des réalisateurs dont je peux aller voir tous les films sans me soucier du résultat. Perso, ça m'a fait penser à une histoire à la Hunter S. Thompson (un petit côté "Las Vegas Parano" en mieux maîtrisé et plus profond). Par contre, je n'ai pas lu le livre mais ça m'intéresse bien du coup (enfin j'ai déjà plein de lecture en retard donc ça attendra xD). Joaquin Phoenix m'étape vraiment de film en film, hâte de voir le prochain Woody Allen !

"A ceux et celles qui tentent (absolument) de comprendre les tenants et les aboutissants, je les invite à se laisser porter par la vague "hallucinogène"; il n'est pas nécessaire de vouloir (tout) assimiler, sauf la magistrale leçon de cinéma."
>C'est bien le problème de beaucoup de spectateurs, ils oublient qu'une oeuvre peut être abstraite et ont sans cesse besoin de se raccrocher à la réalité (tout le monde crie au génie dès que c'est écrit "tiré de faits réels", même aux oscars !). Dès que ça devient un peu trop "expérimental", c'est forcément nul parce qu'on comprend rien... (Remarque c'est valable dans tous les arts, y a qu'à voir comment Picasso ne sert plus qu'à faire des blagues x)

Je reviendrai quand j'aurai vu "Lost River" que je crains un peu (j'adore Refn mais j'aime pas tellement Gosling, c'est un conflit perpétuel dans ma tête lol). À bientôt ;)

Mina 26/04/2015 04:24

Bonsoir Big Mac (merci pour Bond ^^)
Merci bcp à mon plussoyeur ;) Je te rejoins totalement, d'ailleurs nous avions discuté tous les deux, à ce propos, sur Birdman, bien que différent dans sa démarche. Que veux-tu, les spectateurs d'aujourd'hui, oublient souvent que le cinéma reste, aussi, un objet cinématographique expérimental, sensoriel et mystérieux dont on ne doit pas en connaître toutes les clefs (question/réponse) telle une oeuvre picturale puisque tu cites, justement, Picasso. Il y le mot Art dans le 7ème Art.
Je viendrai en début de semaine sur la page du soir et j'ai toujours des soucis pour poster des coms dans ton blog, on en parlera tous les deux :)
Pour Gosling, je n'ai pas le même souci que toi puisque j'aime bcp ce comédien; son film risque de te réserver une belle surprise. Tu devrais l'aventure ;)
Merci pour ta visite, passe un bon dimanche..A très vite :) ,

Shelby le Magnifik (Joe) 12/04/2015 01:28

Waouh elle s'est fait attendre mais quelle critique ma Mina. Toi et 007bond avez entrepris une parfaite analyse de style et les références et clins d'oeil de PTA sont réellement subtil tant je ne les avait pas vu. PTA est bien en position de manipulation et tout se recentrant sur la vision de Doc pour Shasta, il est clair qu'il est difficile de se demander si tout ceci n'est pas une projection enfumée de la vision du Changement de l'Amérique aau profit du consumérisme. En tout cas chapeau pour l'analyse de Pychon, mais surtout pour celle de PTA. Joaquin tient là un de ces meilleurs rôles je suis bien d'accord. Gros bisous ton fidèle comparse Joe D. alias Shelby. Ps: Merci pour le lien de ma critique.

Mina 14/04/2015 01:21

Merci bcp Joe, elle n'a pas été facile, facile cette critique ^^ tout comme la lecture du livre. Dès sa sortie en blu ray,un deuxième visionnage me semble pas du superflu ;) et nous tenterons une deuxième critique !!
A très vite et gros bisous. Ta Mina (merci aussi pour Bond ;)

Cine7Inne (Alex*56*) 10/04/2015 21:41

Hello Mina ! J'ai trois jours de retard désolé ! J'ai un peu délaissé overblog ces temps ci, je fais une petite pause sur mon blog aussi, j'ai beaucoup de choses à faire en ce moment et je vais mettre de côté, pendant un temps, mes critiques ! Je resterai sur Vodkaster par contre ^^ Ayant aussi quasiment abandonné Allociné pour d'autres raisons. En tout cas super article sur Inhérent Vice, tu préfères donc le film au livre, c'est chose rare :) Mais n'ayant pas été emballé à 100% par le film je ne pense pas que je lirais le bouquin tout de suite !

Mina 10/04/2015 22:34

Désolé pour les fautes de frappe :)

Mina 10/04/2015 22:33

Re coucou Alex, Allo n'est plus le bon site comme avant et au final, il n'y pas vraiment de vrais cinéphiles à la différence de Vodakster : il n'y a rein qu'avoir la qualité des MC et des goûtes de tous : une grande culture cinématographique pour bcp comme Cath (très gentil) par exemple. J'y suis retournée sur la page du soir où il y a notre petite monde pour le reste, je n'y vais plus ou presque plus non plus.
Pour Ryan, tant mieux quelque part et après, c'est un premier film donc je te dirai :)
Quant à Maurier, elle a ce style de verbe assez désuet et mélo/sentimental mais j'aime bien tout de même :)
A très vite alors, repose toi tout de même et on se re trouve sur Vodkaster :)

Cine7Inne (Alex*56*) 10/04/2015 22:14

Et je viens d'aller voir Lost River au fait ^^ Bon film, qui fantasme merveilleusement bien la lumière et les ténèbres ! Mais un peu trop contemplatif sur sa manière de filmer. J'ai apprécié quand même.

Cine7Inne (Alex*56*) 10/04/2015 22:09

Pour Allociné je trouve juste que ce n'est plus un site pour moi en matière de news ciné et de direction. Pour mes critiques c'est juste le temps qui me manque un peu, et la motivation aussi je dois l'avouer ^^ Pour Rebecca je suis à 1/3 du livre pour l'instant :) Je suis aux prémices de la découverte de Manderley par notre jeune mariée, pour l'instant c'est intéressant bien que le personnage principal tombe un peu trop dans le mélo sentimental, mais on verra la suite, je ne peux pas conclure hâtivement !

Mina 10/04/2015 21:54

Bonsoir Alex, je vois que je suis pas la seule à avoir peu de temps en ce moment. Tu as eu des soucis sur Allo ??? ^^ si je ne suis pas trop indiscrète et j'espère que tu vas bien du fait que tu abandonnes un peu les critiques ici. On parlera sur Vodkaster alors ^^
Merci mais autant le livre que le film, c'est pas de la tarte. Il faut que je le revois et il faudra que tu me dises pour ta lecture de Rebecca ^^
Merci pour ton com, passe un très bon W.E. A très vite :)

maximemaxf 08/04/2015 18:45

Bonsoir Mina :)
J'utilise "overblog" sur lequel j'essai de créer mon blog, mais ça bloque au niveau de l'adresse, en fait je ne sais même pas comment créer une adresse overblog (en fait j'ai l'idée du nom de mon blog, de ce que je veux partager... mais je peux rien faire si je ne peux pas créer un lien ^^)
J'vais voir "Dark Places" d'ici peu normalement, à tout à l'heure peut être :)

Mina 10/04/2015 22:00

Re coucou Max ^^ je t'ai posté des coms sur allo ^^ et je vais demander à Alex ou Joe, s'ils ont eu des soucis sur overblog. Le nôtre a été parachuté de Allo à ici, donc nous n'avons fait aucune inscription.Je t'ai posté un com sur "Dark Places" que tu n'as pas vraiment apprécié...dommage.
J'espère que ta fin de semaine s'est bien passée avec tes exams ^^ Bonne soirée et bon W.E à toi :) A très vite ^^

pellflorent 08/04/2015 06:59

Merci pour cet article, je ne connaissais ni cet auteur ni son oeuvre. Biographie intéressante, critique d'autant plus plaisante qu'elle est passionnée. En plus de cela, toujours un aussi bon choix d'images, qui vous fait vous démarquer du reste des blogs de la blogosphère, ( surtout ) le mien compris. Vous êtes devenu une référence, le genre d'incontournable du net, à mon humble avis, dépassant, à mon goût une nouvelle fois, la rédaction de certains critiques payés pour faire ce métier. Une très belle plume pour un article dont tu peux être fier. A très bientôt Mina :)

Mina 10/04/2015 22:07

Bonsoir Flo, je vais lui en parler ;) et j'espère vraiment qu'il va pouvoir revenir sur le blog et oui, je suis d'un tout petit niveau à côté de lui (sans plaisanter).
A très vite, dans le W.E j'irai faire un tour sur ton blog ^^ Merci.

pellflorent 09/04/2015 18:17

Il faudra qu'il me donne des cours haha ^^ On le reverra bientôt, j'en suis sûr, histoire d'également pouvoir discuter, longuement je l'espère, de ce qui nous réunit tous en ces lieux ! :) Ton tout petit niveau, mais bien sûr, géniale modestie :D A très bientôt !

Mina 08/04/2015 12:49

Bonjour Flo, justement je pensais à toi (je vais aller faire un petit tour sur ton blog) et quoi te répondre à ce superbe compliment. Et je t'avoue que j'aimerai bcp savoir analyser comme ces grands professionnels (du moins pour ma part, vu que Bond va certainement arriver à pondre des avis de haut niveau avec ses études de cinéma et les bases qu'il acquiert tous les jours, il y a même des fois où je ne comprends pas tout ;) c'est vraiment dommage qu'il n'est plus du tout le temps pour venir poster ses critiques...J'espère cet été, à la fin de son mémoire ;)
Donc, à mon tout petit niveau, je tente de faire de mon mieux et je suis très touchée de ton com mais (et c'est vrai) crois-moi, ton blog se démarque aussi, rien que dans tes goûts cinématographiques plus que surprenants dans le très bon sens :)
Je vais de ce pas (enfin d'un clic ^^) sur ton blog , à tout de suite :)