" LARS VON TRIER : DU GRAND ECRAN NOIR AU PETIT ECRAN TELEVISUEL " !!!!

Publié le par Mina

" LARS VON TRIER : DU GRAND ECRAN NOIR AU PETIT ECRAN TELEVISUEL " !!!!

Le plus contreversé des cinéastes mais aussi l'un des réalisateurs les plus appréciés de ce blog va se lancer pour la deuxième fois dans la réalisation d'une nouvelle série " The House That Jack Built". Je viens d'apprendre que le cinéaste avait, il y a un peu plus de vingt ans, dirigé une première série intitulée "L'Hôpital et ses Fantômes" créée en 1994 et que Stephen King a adapté une version américaine (dix ans plus tard) "Kingdom Hospital" que je n'ai pas vu non plus; comme je l'ai déjà écrit, je m'intéresse que très peu au petit univers des séries (sauf exception). Mais Si Von Trier revient y faire un petit tour, je serais certainement au rendez-vous; bien qu'il faudra s'armer de patience, le tournage de sa nouvelle aventure télévisuelle débutera en 2016, et comme à son habitude, le sulfureux réalisateur n'a, pour l'instant, dévoilé aucun détail quant au contenu de la série.

" LARS VON TRIER : DU GRAND ECRAN NOIR AU PETIT ECRAN TELEVISUEL " !!!!
" LARS VON TRIER : DU GRAND ECRAN NOIR AU PETIT ECRAN TELEVISUEL " !!!!

Quant au très polémique "Nymphomaniac" (Volume 1 et 2) que 007bond et moi-même avons vu en début d'année, nous attendons la version Director's Cut pour en délivrer nos critiques. Bien qu'ayant, une nouvelle fois, aimés l'entreprise de Lars Von Trier, si la partie 1 nous a paru dans son ensemble excellente, la deuxième a beaucoup trop souffert de certaines coupures (jugées trop trash) ne rendant (peut-être) pas justice au final de son oeuvre. Si pour beaucoup, le nouveau long-métrage en a rebuté (et dégoûté) plus d'un, ni voyant que l'esprit malade d'un grand pervers, "Nymphomaniac" révèle, au delà du sexe : véritable exutoire de la profonde souffrance d'une femme (excellente Charlotte Gainsbourg), les propres angoisses de Lars Von Trier qui conjugue à tous les temps les "noirceurs" - teintées de grises et d'une certaine dérision (une première pour le cinéaste) - existentielles des âmes humaines, définitivement morbides où plane l'ombre d'Andreï Tarkovski (Solaris) encore et toujours ! Espérons que cette ultime version se retrouvera d'ici cette fin d'année dans les bacs !!!!

" LARS VON TRIER : DU GRAND ECRAN NOIR AU PETIT ECRAN TELEVISUEL " !!!!

"Un film doit être un comme un caillou dans une chaussure."

LARS VON TRIER

" LARS VON TRIER : DU GRAND ECRAN NOIR AU PETIT ECRAN TELEVISUEL " !!!!

Voir les commentaires

"MOSHE : RIDLEY SCOTT REPOND A SES DETRACTEURS " !!!!

Publié le par Mina

"MOSHE : RIDLEY SCOTT REPOND A SES DETRACTEURS " !!!!

Très loin de se calmer, si le Noé de Darren Aronofsky avait déclenché de vives discussions, le moshé de Ridley Scott continue de soulever une véritable tempête. Devant une colère toujours plus grandissante face à certaines libertés prises (la cible : le fameux casting) par le célèbre cinéaste; ce dernier prend la parole pour répondre à cette polémique. EXTRAIT : - " Nous avons choisi des acteurs de toutes horizons afin de refléter cette diversité de la culture d'Egypte....Il existe de nombreuses théories sur l'origine ethnique du peuple égyptien" - J'étais loin d'imaginer que ce film, somme toute, un simple divertissement cinématographique, prendrait de telles proportions. Voici 1 exemple frappant de la colère de nombres de personnes : le tweet se passe de tout commentaire !

"MOSHE : RIDLEY SCOTT REPOND A SES DETRACTEURS " !!!!

De tout temps, le cinéma (à voir la première version des Dix commandements) hollywoodien a toujours narré à sa manière les récits bibliques et autres, espérons que d'ici le mois de décembre, les esprits se calmeront. Liens de la controverse : Ridley Scott délivre ses déclarations http://thecelebritycafe.com/feature/2014/08/ridley-scott-explains-why-he-cast-christian-bale-moses-exodus http://thefilmstage.com/news/ridley-scott-responds-to-casting-controversy-of-exodus-gods-and-kings/

"MOSHE : RIDLEY SCOTT REPOND A SES DETRACTEURS " !!!!
"MOSHE : RIDLEY SCOTT REPOND A SES DETRACTEURS " !!!!
"MOSHE : RIDLEY SCOTT REPOND A SES DETRACTEURS " !!!!
"MOSHE : RIDLEY SCOTT REPOND A SES DETRACTEURS " !!!!

Sur une note plus légère, un instagram + tweets sur le tournage d'exodus (Thank you Maria Digna Balsa) + 1 photo on the set (Thank you Dina http://baleheadsblog.com/.).

"MOSHE : RIDLEY SCOTT REPOND A SES DETRACTEURS " !!!!
"MOSHE : RIDLEY SCOTT REPOND A SES DETRACTEURS " !!!!
"MOSHE : RIDLEY SCOTT REPOND A SES DETRACTEURS " !!!!
"MOSHE : RIDLEY SCOTT REPOND A SES DETRACTEURS " !!!!
"MOSHE : RIDLEY SCOTT REPOND A SES DETRACTEURS " !!!!
LA CINQUIEME PLAIE D'EGYPTE INFLIGEE AU BETAIL - PEINTURE DE WILLIAM TURNER (1800)

LA CINQUIEME PLAIE D'EGYPTE INFLIGEE AU BETAIL - PEINTURE DE WILLIAM TURNER (1800)

Ce tableau représente une des dix plaies de l'Egypte. Le livre de l'Exode est l'histoire de Dieu sauvant les enfants d'Israël et les rendant à son peuple. L'Exode est le deuxième livre de la Pentateuque (les cinq livres de Moïse) : nous trouvons l'histoire des dix plaies, la première Pâque, la séparation de la mer Rouge et les dix commandements.

ENUMERATION DES 10 PLAIES.

  1. les eaux du Nil sont changées en sang.
  2. Des nuées de grenouilles couvrent la terre.
  3. Des Moucherons infestent le pays.
  4. Des essaims de mouches remplissent l'air.
  5. Des Bovins égyptiens meurent.
  6. Des Furoncles et des plaies couvrent les corps des égyptiens.
  7. La Grêle et le feu pleuvent.
  8. Les criquets consomment les cultures égyptiennes.
  9. Les ténèbres couvrent la terre pendant 3 jours
  10. Tout premier-né meurt.
"MOSHE : RIDLEY SCOTT REPOND A SES DETRACTEURS " !!!!

Ridley Scott a déclaré ne vouloir montrer seulement sept plaies, en plus des dix commandements et de la fameuse séparation de la mer Rouge. Pour ceux et celles qui veulent en savoir davantage, deux liens supplémentaires (particulièrement intéressants sur l'Exode et ces fameuses dix plaies http://overviewbible.com/exodus/ http://www.aime-free.com/490-index.html

"MOSHE : RIDLEY SCOTT REPOND A SES DETRACTEURS " !!!!

Voir les commentaires

" THE SALVATION / UN DANOIS, UNE BRUTE, UNE MUETTE ET UN CORSE " !!!!

Publié le par 007bond/Mina

" THE SALVATION / UN DANOIS, UNE BRUTE, UNE MUETTE ET UN CORSE " !!!!

"The Salvation" a été réalisé par Kristian Levring. Sortie en salle le 27 août 2014.

MADS MIKKELSEN/JOHN

MADS MIKKELSEN/JOHN

EVA GREEN/MADELAINE

EVA GREEN/MADELAINE

JEFFREY DEAN MORGAN/DELARUE

JEFFREY DEAN MORGAN/DELARUE

MIKAEL PERSBRANDT/PETER

MIKAEL PERSBRANDT/PETER

JONATHAN PRYCE/KEANE

JONATHAN PRYCE/KEANE

ERIC CANTONA/LE CORSE

ERIC CANTONA/LE CORSE

1870, Amérique. Lorsque John tue le meurtrier de sa famille, il déclenche la fureur du chef de gang, Delarue. Trahi par sa communauté, lâche et corrompue, le paisible pionnier doit alors traquer seul les hors-la-loi.

" THE SALVATION / UN DANOIS, UNE BRUTE, UNE MUETTE ET UN CORSE " !!!!" THE SALVATION / UN DANOIS, UNE BRUTE, UNE MUETTE ET UN CORSE " !!!!" THE SALVATION / UN DANOIS, UNE BRUTE, UNE MUETTE ET UN CORSE " !!!!" THE SALVATION / UN DANOIS, UNE BRUTE, UNE MUETTE ET UN CORSE " !!!!" THE SALVATION / UN DANOIS, UNE BRUTE, UNE MUETTE ET UN CORSE " !!!!" THE SALVATION / UN DANOIS, UNE BRUTE, UNE MUETTE ET UN CORSE " !!!!" THE SALVATION / UN DANOIS, UNE BRUTE, UNE MUETTE ET UN CORSE " !!!!" THE SALVATION / UN DANOIS, UNE BRUTE, UNE MUETTE ET UN CORSE " !!!!" THE SALVATION / UN DANOIS, UNE BRUTE, UNE MUETTE ET UN CORSE " !!!!" THE SALVATION / UN DANOIS, UNE BRUTE, UNE MUETTE ET UN CORSE " !!!!" THE SALVATION / UN DANOIS, UNE BRUTE, UNE MUETTE ET UN CORSE " !!!!

C'est la toute première fois (et sûrement pas la dernière) que nous nous lançons 007bond et moi-même dans une critique à quatre mains. La raison, bien que notre avis se rejoigne sur l'ensemble du long-métrage du cinéaste Kristian Levring, quelques petits points en font la différence. Fin du suspens : dans sa globalité, nous avons été très déçu du résultat final !

AVIS DE MINA

Depuis l'excellent "3H10 à Yuma" de Mangold avec Bale et Crowe en tête de distribution, on ne peut pas dire que le genre "western" est passionné les cinéastes contemporains et le public. Etant une fan des westerns/Spaghetti de Sergio Léone et d'Eastwood (oui, je sais, quoi de plus banal en bonne cinéphile qui se respecte), j'attendais beaucoup (malgré une première "curieuse" impression au vue de la B.A) de ce "The Salvation" et puis il y a Mads, quoi ! Si le début de ce récit d'un honnête fermier (ancien soldat) qui va toute perdre m'a particulièrement émue et touchée où tout le talent de l'immense acteur danois fait une nouvelle fois "mouche", la suite tourne vite au banal règlement de compte, d'un homme assoiffé de justice. Rien de bien à nouveau à l'ouest. Alors, oui, on pourra être emporté par la beauté de la photographie, d'un esthétisme léché mais cela ne relève en rien, le manque de travail du réalisateur. Et quoi penser de la prestation des autres comédiens(es) ??? totalement inintéressante, en tête une Eva Green (pourtant excellente) en mode muette et terriblement transparente; de préciser que les femmes en prennent pour leur grade, elles sont : soit violées, battues ou exécutées ! Bref, le parti-pris que prend le réalisateur de vouloir délivrer un western plus humaniste ne tient pas ses promesses. Seule petite mention spéciale pour le comédien suédois Mikael Persbrandt : une nonchalance à la Steve McQueen, bienvenue dans ce genre de style cinématographique (en rappel à un certain Josh Randall) !!!!

AVIS DE 007bond

Je n'irai pas par quatre chemins : Un beau navet à la sauce danoise. Plutôt qu'une critique ordinaire : mon (très mauvais) ressenti en plusieurs points.

- Un Mads Mikkelsen utilisant deux expressions en tout pour tout; pur gâchis pour un comédien de sa trempe , dont ses silences et ses multiples regards valent mieux que les sempiternels blablatages nombre de comédiens. Une Eva Green (véritable femme du personnage danois Mads/John) violable et fragile (toutes les femmes le sont aux yeux du réal). Jeffrey Dean Morgan = Bad Guy, beau gosse ultra-caricatural. Un Cantona qui sert à que dalle !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

- l'esthétisme ( en grands renforts d'effets numériques) ne rachète en aucun cas l'entreprise de Kristian Levring : Lumière trop (beaucoup trop) stylisée voire repoussante; mouvements de caméra inutiles et caricaturaux du genre - travelling et parano à outrance - aucune innovation en 2014 : le son des éclairs arrivent en même temps que les éclats; sans oublier une B.O (excusez du terme) à chier, n'est pas Marco Beltrami qui veut.

- Histoire inutile : le début, se la jouant L'impitoyable de Clint Eastwood) puis, on lorgne du côté des Léone, Paul Thomas Anderson et Mangold, sauf qu'ici c'est sans intérêt et pitoyablement mal narré; aucune empathie pour des personnages génériques avec un final à l'image des fadasses blockbusters.

- Scènes d'actions : Ah..bon, il y en a ??????????? aucunes tensions et toujours aucun artistique : quand on ne sait pas tourner ce genre de passages, vaut mieux filmer un cailloux sur une montagne avec en off les bruits des guns.

- Observation de la salle et à sa sortie : le trois quart dont plusieurs de mes voisins se sont tapés un bon roupillon puis les langues (nombreuses) se sont déliées dès la fin de la projection. Résultat : ennuyeux, prévisible, vu, revu, sans une once d'émotions !

VERDICT

Ni un western, ni un drame, ni un film, bref du VENT... et encore ? NON, SANS DECONNER MADS, POURQUOI ??????????

KRISTIAN LEVRING

KRISTIAN LEVRING

" THE SALVATION / UN DANOIS, UNE BRUTE, UNE MUETTE ET UN CORSE " !!!!

Voir les commentaires

" LOCKE / UNE VOITURE, UNE ROUTE, LE THEATRE D'UNE NUIT, D'UNE VIE " !!!

Publié le par 007bond

" LOCKE / UNE VOITURE, UNE ROUTE, LE THEATRE D'UNE NUIT, D'UNE VIE " !!!

"Locke" a été réalisé par Steven Knight. Sortie en salle le 23 juillet 2014.

TOM HARDY/IVAN LOCKE

TOM HARDY/IVAN LOCKE

Ivan Locke a tout pour être heureux : une famille unie, un job de rêve… Mais la veille de ce qui devrait être le couronnement de sa carrière, un coup de téléphone fait tout basculer…

" LOCKE / UNE VOITURE, UNE ROUTE, LE THEATRE D'UNE NUIT, D'UNE VIE " !!!" LOCKE / UNE VOITURE, UNE ROUTE, LE THEATRE D'UNE NUIT, D'UNE VIE " !!!" LOCKE / UNE VOITURE, UNE ROUTE, LE THEATRE D'UNE NUIT, D'UNE VIE " !!!" LOCKE / UNE VOITURE, UNE ROUTE, LE THEATRE D'UNE NUIT, D'UNE VIE " !!!" LOCKE / UNE VOITURE, UNE ROUTE, LE THEATRE D'UNE NUIT, D'UNE VIE " !!!" LOCKE / UNE VOITURE, UNE ROUTE, LE THEATRE D'UNE NUIT, D'UNE VIE " !!!" LOCKE / UNE VOITURE, UNE ROUTE, LE THEATRE D'UNE NUIT, D'UNE VIE " !!!

Si l'annonce de la sortie de "Locke" était prévue pour juillet, il aura fallu la longue attente d'un mois supplémentaire (après une première déprogrammation) pour enfin le voir sur le sol Aixois !

Après avoir marqué les esprits avec l'angoissant (et réussi) Burried, le cinéma indépendant continue sa péripétie dans l'expérimental (visant un plus large public) avec Locke. Les bases sont très vites posées : un homme, la route, un téléphone et des interlocuteurs(ices). Le film de Steven Knight ne cherchera pas à proposer davantage. On pourrait très vite redouter en 1H30 l'ennui ou une répétitivité . Et la surprise est de constater que ces éléments font partie intégrante de l'histoire. Aux grands damnes des trailers ou coups de marketing. Locke n'est absolument pas une sorte de thriller en temps réel ou un long-métrage à suspens; ici, c'est la reproduction "brute" du trajet qui est l'enjeu du récit. Tom Hardy nous fait vivre son parcours en jouant de sa voix et de son regard obnubilé par la route. Sa prestation est hallucinante; cela pourrait paraître totalement stupide mais sa façon de simuler un rhume (et de remonter sans cesse les manches de sa chemise, attitude somme toute naturelle) qui m'a le plus impressionné. Il est entièrement ce Ivan Locke, père de famille courant à sa perte sociale où la barrière entre l'acteur et le personnage est infime, grâce à un simple rhume imposant des gestes du quotidien parfaitement exécutés (je suis sûrement fou mais pendant la projection, cet élément m'a frappé).

Si la voiture est une extension de Locke ou de sa bulle psychologique, la route est la deuxième grande protagoniste du film. Sorte de purgatoire, elle ne nous permet que très peu repères : la lumière reste sensiblement la même, peu de plans d'ensemble, les autres véhicules n'existent que par les détails ou par le son, l'extérieur est flou...On s'enfonce dans cette nuit sans savoir exactement où nous sommes ou ce qui nous entoure. Les voix deviennent des esprits fantomatiques venant tourmenter et détourner l'objectif de notre héros; empathie et lutte seront les armes de Locke. Le réalisateur ira encore plus loin dans cette dimension surnaturelle avec certains dialogues de Tom Hardy (mais je n'en dirais pas plus).

Evidemment, cet aspect n'est qu'une lecture possible du voyage. Ce manque de repères est aussi un désir d'universaliser avec une voiture qui n'est rien d'autre qu'un lieux reposant sur le dialogue avec ses questions et ses choix. Le spectateur retrouve son rôle de passager et plonge naturellement dans la trame. Le cinquième mur est brisé; on ressent les secousses, la fatigue, on est dans la voiture ! Cette tranche de vie n'est rien de plus qu'une histoire parmi celles des voyageurs(ses) croisés par Ivan Locke. Le génie du cinéaste est d'avoir su simuler la disparition des dispositifs du cinéma, comme si tout ce que nous voyons se déroule vraiment en temps réel, sans montage ou perturbation.

Locke devient une épopée intime où la contrainte de la route force notre héros a toujours avancer, s'enfonçant un peu plus dans l'incertitude. A la fois proche du documentaire que des grandes manipulations du cinéma, le pari est gagné : on vit et on croit Tom Hardy sans s'ennuyer une seule seconde. Une oeuvre magistrale tant elle est simpliste !!!

" LOCKE / UNE VOITURE, UNE ROUTE, LE THEATRE D'UNE NUIT, D'UNE VIE " !!!
" LOCKE / UNE VOITURE, UNE ROUTE, LE THEATRE D'UNE NUIT, D'UNE VIE " !!!

Pour ceux et celles qui ont apprécié ce parti pris, je vous conseille chaudement Ten de Abbas Kiarostami

STEVEN KNIGHTSTEVEN KNIGHT

STEVEN KNIGHT

" LOCKE / UNE VOITURE, UNE ROUTE, LE THEATRE D'UNE NUIT, D'UNE VIE " !!!
DEVIANT ART : TOM HARDY/IVAN LOCKE

DEVIANT ART : TOM HARDY/IVAN LOCKE

" LOCKE / UNE VOITURE, UNE ROUTE, LE THEATRE D'UNE NUIT, D'UNE VIE " !!!

Voir les commentaires

" EXODUS / MAGAZINE EMPIRE NVS PICS +INTERVIEWS " !!!!

Publié le par Mina

" EXODUS / MAGAZINE EMPIRE NVS PICS +INTERVIEWS " !!!!

Jusqu'à sa sortie le 24 décembre, pour les fans de l'acteur Christian Bale ainsi que du comédien australien Joël Edgerton et du nouveau film de Ridley Scott "Exodus..." nous tiendrons à jour (dans la mesure du possible) toutes nouvelles news, trailers et photos (comme nous avions déjà commencé précédemment : vos fidèles blogueurs 007bond et Mina) Interview du magazine Empire http://www.patheos.com/blogs/filmchat/2014/08/exodus-gods-and-kings-the-hbrew-slaves-speak.html + pics !!!!

" EXODUS / MAGAZINE EMPIRE NVS PICS +INTERVIEWS " !!!!
" EXODUS / MAGAZINE EMPIRE NVS PICS +INTERVIEWS " !!!!
" EXODUS / MAGAZINE EMPIRE NVS PICS +INTERVIEWS " !!!!
" EXODUS / MAGAZINE EMPIRE NVS PICS +INTERVIEWS " !!!!
" EXODUS / MAGAZINE EMPIRE NVS PICS +INTERVIEWS " !!!!
" EXODUS / MAGAZINE EMPIRE NVS PICS +INTERVIEWS " !!!!

"Tu mangeras ton pain à la sueur de ton front."

MOISE - extrait - (Prophète et législateur du judaïsme, libérateur d'Israël)

" EXODUS / MAGAZINE EMPIRE NVS PICS +INTERVIEWS " !!!!

Voir les commentaires

" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!

Publié le par Mina

" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!

"Expendables 3" a été réalisé par Patrick Hugues (II). Sortie en salle le 20 août 2014.

" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!

Barney, Christmas et le reste de l’équipe affrontent Conrad Stonebanks, qui fut autrefois le fondateur des Expendables avec Barney. Stonebanks devint par la suite un redoutable trafiquant d’armes, que Barney fut obligé d’abattre… Du moins, c’est ce qu’il croyait. Ayant échappé à la mort, Stonebanks a maintenant pour seul objectif d’éliminer l’équipe des Expendables. Mais Barney a d’autres plans... Il décide d’apporter du sang neuf à son unité spéciale et d’engager de nouveaux équipiers plus jeunes, plus vifs et plus calés en nouvelles technologies. Cette mission se révèle rapidement un choc des cultures et des générations, entre adeptes de la vieille école et experts high-tech. Les Expendables vont livrer leur bataille la plus explosive et la plus personnelle…

" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!

En final, c'est moi qui m'y colle pour faire la critique des nouvelles aventures de ces vieux de la vieille toujours aussi en forme; et quelle forme, de quoi faire pâlir (d'envie et de jalousie ^^) un bon nombre de petits jeunots ! Pour être tout-à-fait honnête, je ne m'étais pas déplacée pour les deux premiers opus (que j'ai, par la suite, vu sur canal); véritable raison cette fois-ci : Mel Gibson. Très (très, très, bon j'arrête là !) grande fan de l'acteur australien, sa présence justifiait à elle seule mon engouement pour ce troisième Volet. Si les deux premiers m'avait gentiment fait sourire, et réveillé, en moi, quelques bons souvenirs de ces "ancêtres" du cinéma d'action des années 80, voire début 90; ce nouveau volet, bien qu'ayant un scénario dès plus basique, lorgne davantage sur un divertissement nostalgique, souffrant moins de blagues à 2 euros et d'ironie. Mais, comme je l'ai précisé si la trame (un peu simpliste) reste la même, elle trouve une nouvelle aura grâce à deux mentions spéciales - en plus des nouvelles recrues comme Wesley Snipes et Indiana/Harrison Ford : SPOIL tout d'abord celle d'Antonio Banderas, en mode Chat Potté, aussi délirant qu'attachant et Mel : quel plaisir de le revoir (à la toute petite sauce) d'une arme fatale. Le côté Bad Guy lui sied à merveille; seule frustration, j'aurai aimé un peu plus de sa présence à l'écran puis le combat final avec Stallone, trop, trop vite expédié. Nul besoin de développer davantage, on sait à quoi s'attendre avec ce genre de cinéma, un pur cinoche de détente à l'ancienne, sans super-héros en collants MERCI : de l'action, encore de l'action, de la baston - et pour une fois, en version française pour les géniaux doubleurs de ces grands trublions - Les fans seront, donc, ravis de retrouver les papys qui ne cessent de faire de la résistance; puis qui sait, par l'intermédiaire de Stallone, Mel Gibson retrouvera (peut-être) les bonnes grâces et le chemin d'un Hollywood implacable envers certains de ses " talentueux enfants" quelque peu turbulents !!!!

PATRICK HUGUES (II)PATRICK HUGUES (II)

PATRICK HUGUES (II)

MELTING-POT / PICS DU TOURNAGE + PHOTOS PROMOTIONNELLES

" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!
" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!
" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!
" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!
" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!
" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!
" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!
" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!
" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!
" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!
" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!
" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!
" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!
" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!
" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!
" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!
" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!
" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!
" LE RETOUR DES PAPYS : CLAP 3 " !!!!

Voir les commentaires

" EXODUS / NOUVELLES PHOTOS+INTERVIEW R.SCOTT " !!!!

Publié le par Mina

" EXODUS / NOUVELLES PHOTOS+INTERVIEW R.SCOTT " !!!!

L'Attente se fait de plus en plus grande : voici quelques nouvelles photos de l'Exodus de Ridley Scott, avec en prime une interview, intéressante, du cinéaste; en autre sa vision des jeux d'acteurs de Christian Bale et Joël Edgerton. Petit extrait : Ridley Scott compare la méthode de travail de l'acteur gallois à celle de Russell Crowe. Méticuleux, attentif. Son interprétation dans 3 H10 à Yuma l'avait impressionné et il fut très surpris qu'avant même le tournage d'exodus, Bale était celui qui en savait le plus sur Moïse; constatant que le tragédien adorait faire ses propres recherches. Face à lui, le comédien australien, grand acteur à l'intuition théâtrale, un homme de premier plan. Pour finir Scott déclare que : "Christian et Joël sont deux comédiens très puissants". L'interview dans son intégralité : https://au.movies.yahoo.com/on-show/article/-/24819148/exclusive-ridley-scott-q-a-for-exodus-gods-and-kings/ Le Moïse de Ridley Scott sortira dans nos salles le 24 décembre et pour avoir particulièrement appréciée plusieurs performances de Joël Edgerton/Ramsès, l'affrontement avec Christian Bale/Moïse risque d'être aussi complexe (à l'image des grandes tragédies grecques) que détonnant ( A noter qu'au vue de ces nouveaux pics, la brillante actrice iranienne Golshifthey farahani - Syngué Sabour, pierre de patience, Mensonges d'Etat, My Swett Pepper Land... - interprétera le femme de Ramsès) !!!!

" EXODUS / NOUVELLES PHOTOS+INTERVIEW R.SCOTT " !!!!
" EXODUS / NOUVELLES PHOTOS+INTERVIEW R.SCOTT " !!!!
" EXODUS / NOUVELLES PHOTOS+INTERVIEW R.SCOTT " !!!!
" EXODUS / NOUVELLES PHOTOS+INTERVIEW R.SCOTT " !!!!
" EXODUS / NOUVELLES PHOTOS+INTERVIEW R.SCOTT " !!!!
" EXODUS / NOUVELLES PHOTOS+INTERVIEW R.SCOTT " !!!!
" EXODUS / NOUVELLES PHOTOS+INTERVIEW R.SCOTT " !!!!
" EXODUS / NOUVELLES PHOTOS+INTERVIEW R.SCOTT " !!!!
" EXODUS / NOUVELLES PHOTOS+INTERVIEW R.SCOTT " !!!!

Voir les commentaires

" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!

Publié le par Mina

BRAM STOKER
BRAM STOKER

BRAM STOKER

Oscar Wilde a déclaré : "PEUT-ETRE LE PLUS BEAU ROMAN DE TOUS LES TEMPS".

BRAM STOKER

Abraham Stoker (Bram Stoker) est né à dublin en 1847, troisième d'une famille de sept enfants. Petit à la santé fragile (jusqu'à l'âge de 13 ans) il écoute avec passion les récits que lui conte sa maman : des légendes irlandaises qui le marqueront à tout jamais. En 1863, il obtient un diplôme en sciences et mathématiques. En parallèle avec son métier de fonctionnaire et grâce à une longue correspondance avec un écrivain américain, il publie un premier article (en 1871) dans la rubrique théâtrale du Dublin Mail. Grâce à ses nouvelles fréquentations (le gratin londonien) son premier livre "La coupe de Cristal" paraît dans la revue London Society. Dès lors, il mutliplie les ouvrages, la plupart ciblés sur le genre "fantastique".

SON OEUVRE MAJEURE - DRACULA

Il faudra dix longues années à Stoker pour délivrer Dracula. Méticuleux, perfectionniste, il plonge ses recherches sur le Vlad Tepes, prince roumain qui lui inspirera le fameux comte Dracula. Sans jamais être allé en Transylvanie, l'écrivain se documentera dans les plus grandes bibliothèques pour être au plus juste avec son récit. Il faudra attendre sa mort (en 1912) pour que l'ouvrage connaissait un succès retentissant. Son livre fait désormais partie des oeuvres littéraires néogothiques, en référence "Docteur Jekyll and mister Hyde", "Le portrait de Dorian Gray"....

" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!

Je ne pense pas qu'il soit vraiment nécessaire de faire le résumé d'une des histoires les plus célèbres : la légende de Dracula. C'est le long-métrage de Francis Ford Coppola qui déclencha en moi, l'envie de découvrir l'oeuvre littéraire de Bram Stocker. Au travers de la correspondance personnelle des personnages principaux, l'on suit pas à pas la traque du "seigneur des ténèbres". Si certains(es) ont pu être dérangé par cette forme de narration, le style épistolaire, pour ma part, elle nous permet d'en approfondir leurs états d'esprits et d'être au plus près avec eux. En plus des missives, l'on retrouve des enregistrements du docteur Seward, les notes dactylographiques de Mina. Grand perfectionniste, Stoker s'attache, donc, à tous ces détails, autant dans les personnalités que dans les réflexions de ses protagonistes : leur crainte, leur questionnement, leur combat; si le roman est mené de main de maître de bout en bout, la première partie (la meilleure) le voyage dans les Carpates est magnifique; on ressent toute l'angoisse de Jonathan Harker, clerc de notaire, impuissant et prisonnier du comte Dracula. Baigné dans une atmosphère étrange, mystérieuse, le roman de l'écrivain irlandais se pare d'une beauté envoûtante; bien qu'inquiété par le sort du jeune homme, l'on ne peut que succomber, non sans peur, au charisme de son hôte, accueillant, un brin excentrique, bienveillant; judicieusement présenté, à travers la plume de stoker, comme un être raffiné mais qui derrière cette apparente amabilité se cache bel et bien l'horreur et l'infâme. Quittant, par la suite, la Roumanie pour Londres, ce n'est pas la quête de retrouver son amour perdu qui anime le célèbre comte (présente dans l'oeuvre cinématographique de Coppola) mais bien le besoin de répandre ses pouvoirs maléfiques. Tout aussi fascinant que terrifiant, le non-vivant n'épargne personne et Stoker, joue, à nouveau, la carte du mystère, ne dévoile à aucun moment la véritable personnalité du nosferatu (peut présent mais dont l'ombre plane sans cesse) on l'a devine qu'à travers les descriptions qu'en font les personnages. Seul, le professeur Van Helsing, véritable adversaire (captivé par le prince des Carpates) saura le confronter. Mais au fil de ma lecture, je me suis rendue compte que le célèbre vampire n'était pas le personnage principal mais bel et bien Mina, douce et innocente créature, irrésistiblement attirée par le "MAL", mettant en danger son profond amour pour Jonathan Harker mais volontaire, et prêtre à combattre, avec ses acolytes, le prince des ténèbres.

Le talent de Bram Stoker est indéniable, son écriture fluide, maîtrisée puis largement influencée par ces longues années, bercées par les histoires fantastiques qui ont peuplé l'imaginaire de sa petite enfance, seul reproche a formulé ; ayant d'abord vu le long-métrage de Coppola - plutôt fidèle au roman - il y manque cette part de poésie, d'érotisme, de sensualité, difficilement acceptable au XIXe Siècle, mais que Stoker face à cette époque hautement puritaine (et qu'il dépeint avec beaucoup de précision) se joue de ces interdits avec nombre de sous-entendus. Et qu'on se le dise, le célèbre vampire ne revêt à aucun moment la magnificence et le romantisme d'un Gary Oldman, bien au contraire, il est à son opposé : froid, calculateur, sans une once de sentiment.

Bram Stoker a fait de son oeuvre littéraire, la génèse de Dracula. En ne divulguant à aucun moment le passé du Comte, et ce qui a bien pu le transformer en ce monstre sanguinaire, cela confère une angoisse supplémentaire, au rappel du vrai Vlad Tepes dit l'EMPALEUR dont il s'est librement inspiré; l'éternelle lutte du bien et du mal mettent en évidence, avec toute son étrangeté, un prince des ténèbres tour à tour être effroyable et victime de sa propre prison d'une non-vie. Sombre, mystique, lugubre, amateurs (ices) du genre, s'il y a bien un SEUL livre qui donne ces véritables lettres de noblesses au plus emblématique des vampires, c'est le DRACULA de Bram Stoker, pour le reste, tout n'est que pure fantaisie !!!!

" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!

"Toute abstraction est si dure à accepter que notre premier réflexe est de la refuser, d'autant plus si elle s'inscrit à contre-courant de ce que nous avons toujours pensé."

DRACULA (Bram Stoker)

" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!

Vald III Basarab, surnormmé l'Empaleur (Tepes en roumain) serait né (on trouve plusieurs dates) entre 1430/31 ou 36. En 1442, en Transylvanie, il est enlevé avec son jeune frère et retenu en otage par le sultan Mourad II. Cette captivité chez les turcs (dont il aurait apparemment peu souffert) a joué un rôle quant à sa future destinée : sa montée au pouvoir. Malgré son enfermement, et grâce à son statut d'aristocrate, il en retire des avantages, profitant de certains privilèges : celui d'étudier, de correspondre, de disposer de serviteurs. l'on soupçonne que c'est à cette époque, qu'il assiste aux premiers empalements.

" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!

Profitant de l'absence de celui qui l'avait fait enlevé Vladislav, puis la chute de Constantinople aux mains des turcs, changeant la donne, les chrétiens partent au combat, Vlad Tepes, en grand renfort d'une armée, part pour défendre le sud de la Transylvanie. Il écrase et tue Vladislav puis règne pendant plus de six ans, éliminant sans pitié tous les "gêneurs" qui pourraient le déstabiliser. Il envoûte par son charisme le petit peuple et établit un régime de terreur auprès des nobles : tous le redoutent et le craignent. Il dirige, aussi, une vengeance, en mémoire de son père Vlad Dracull assassiné, qui avait conclu de son vivant la paix avec l'empire Ottoman. La légende veut que lors d'une nouvelle guerre, il l'empale les meurtriers de sa famille, quelques chefs de grande renommée. Mais ne s'attaque jamais au peuple, la plupart des paysans. Partant de là, Le prince crée une nouvelle noblesse avec les pauvres gens et fait construire une forteresse en Transylvanie. En début 1462, se sentant fort, du haut de son règne, il déclenche la colère du fils du roi Moussad (qu'il l'a fait enlevé enfant) en refusant de lui payer un tribut. Le nouveau Sultan décide de l'envahir. Vlad Tepes se résout à quitter sa province, en brûlant ses propres villages et empoisonnant toutes les sources sur les routes. A l'arrivée du Sultan, l'horreur l'attend; nombre de soldats turcs sont morts empoisonnés, sur des centaines de pals, l'on retrouve les corps d'officiers, la scène de cruauté fut surnommée : LA FORET DES PALS. A la tête de l'armée turque, le roi Moussad II convainc le frère de Vlad Tepes de l'assassiner. La légende, une fois de plus, voudra que la femme du légendaire prince se précipitera dans le vide, pour pouvoir s'échapper (la fameuse scène d'introduction dans le film de Francis Ford Coppola). Quant à Tepes, il réussit à s'échapper par un passage secret menant à la forêt.

Vlad III Basarab connut une fin tragique : il meurt au combat en 1476 à Bucarest. Son corps est retrouvé décapité et sa tête envoyée au Sultan qui la pique au pieu comme preuve de sa mort. Quant à sa tombe, à mille lieux de toutes les légendes y compris le fameux roman "Dracula", elle ne revêt en rien l'aspect d'un cercueil renfermé dans une crypte gothique mais un tombeau situé au monastère de Snagov, sur une île proche de la capitale roumaine (WIKI...)

" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!

Le Dracula de Francis Ford Coppola (réalisé en 1992) est certainement l'adaptation la plus fidèle de l'oeuvre littéraire de Bram Stoker. Si le "Nosferatu" de Murnau demeure l'un des plus beaux long-métrages (avec celui de Werner Herzog "Nosferatu Fantôme de la nuit" avec Klaus Kinski et Isabelle Adjani) eux-aussi inspirés du légendaire roman, Coppola en a livré une vision beaucoup plus gothique où les traits de Gary Oldman, superbe prince des ténèbres - en totale immersion avec son personnage. Pour la petite histoire : les actrices Winona Ryder et Sadie Frost furent effrayées par la forte implication du comédien britannique, grand frère spirituel d'un autre comédien (adepte de la fameuse méthode) anglais Christian Bale - hanteront à jamais la cinéphile que je suis, et s'il ne devait rester qu'un seul film, ce serait celui-là. Le cinéaste a offert à la grande rêveuse que je suis (et amoureuse du légendaire mythe d'où mon pseudonyme) l'impossible : de ce rêve noir, il transcende le genre et parvient à développer tout un lyrisme, un érotisme, absents dans les précédentes adaptations. Son flamboyant Dracula se pare d'un univers fascinant : la magie des couleurs, des costumes , des décors, le génie visuel : tout frôle la perfection; désireux de n'employer que des effets spéciaux d'un autre temps, des effets mécaniques - très éloignés du numérique - pour coller au plus près avec l'époque du récit, le grand cinéaste capte avec brio l'essence même du roman originel. Et rend un hommage supplémentaire à l'oeuvre de Murnau (citée plus haut) puis au cinéma des frères Lumières, en choisissant des scènes de trains (dans le passage où Mina fait découvrir au comte les prémices de l'art cinématographe) : en rappel de l'un de leurs premiers films "L'arrivée d'un train en gare de la Ciotat" - réalisé par Louis Lumière en 1895 - Et à la question : si je préfère le livre ou le film ? Je ne saurais( au final ) véritablement pas y répondre; Aussi passionnants, je conseille fortement les deux; mais à l'instar de Bram Stoker, Francis Ford Coppola y rajoute son grain de folie, livre un film personnel, souligné d'une audace baroque, romantique, mettant en exergue une sensualité fiévreuse baignée de l'ivresse (et de la sublime chanson d'Annie Lennox "Love song for a Vampire") sanguinaire d'un être solitaire, fou d'amour; à l'éternelle recherche de sa chère et tendre promise Elisabeta/Mina : un chef-d'oeuvre intemporel !!!!

" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
FRANCIS FORD COPPOLA
FRANCIS FORD COPPOLAFRANCIS FORD COPPOLA
FRANCIS FORD COPPOLAFRANCIS FORD COPPOLA

FRANCIS FORD COPPOLA

" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!

"Entrez ici de votre plein gré et laissez-y un peu de la joie que vous y apportez."

DRACULA - extrait - (Gary Oldman)

"J'ai traversé des océans d'éternité pour vous trouver."

DRACULA - extrait - (Gary Oldman)

"Alors, je vous offrirai la vie éternelle, l'amour au-delà du temps, le pouvoir des tempêtes et des bêtes de cette terre. Joignez-vous à moi, soyez ma tendre épouse."

DRACULA - extrait- (Gary Oldman)

DEVIANTART : DRACULA DE FRANCIS FORD COPPOLA

" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!
" BIENVENUE DANS LES CARPATES" !!!!

Voir les commentaires

" IL EN FAUT PEU POUR ETRE HEUREUX...." !!!!

Publié le par Mina

ANDY SERKIS
ANDY SERKIS

ANDY SERKIS

Andy Serkis quitte sa casquette d'acteur (le célèbre Gollum, le magistral César entre autre) pour se lancer dans sa première réalisation "Jungle Book : Origins" (Le Livre de la Jungle) tirée du roman de l'écrivain Rudyard Kipling. Son adaptation sera un savant melting-pot de live-action, d'effets numériques et de performance capture; pour le coup, l'homme en est devenu un véritable expert, et quoi de mieux qu'un casting aux petits oignons : parmi des grands noms, on retrouve Christian Bale (qui avait déjà travaillé avec Serkis sur "The Prestige" de Nolan), Benedict cumberbatch, Cate Blanchett (elle aussi partenaire du comédien/réalisateur sur "Le seigneur des Anneaux"). La Warner bros produira ce film qui devrait sortir en 2016. Pour la petite histoire : Christian Bale avait déjà prêté sa voix dans le "Pocahontas" de Disney et dans "Le Château ambulant" de Miyazaki. Il va certainement faire des heureux, en la personne de sa grande fille et de son petit garçon qui vient de naître. Quant à Andy Serkis : je suis très impatiente de voir si le cinéaste se révèle tout aussi talentueux que le comédien.

ROHAN CHAND/MOWGLI

ROHAN CHAND/MOWGLI

ANDY SERKIS/BALOO L'OURS

ANDY SERKIS/BALOO L'OURS

CHRISTIAN BALE/BAGHEERA LA PANTHERE

CHRISTIAN BALE/BAGHEERA LA PANTHERE

CATE BLANCHETT/KAA LE PYTHON

CATE BLANCHETT/KAA LE PYTHON

BENEDICT CUMBERBATCH/SHERE KHAN LE TIGRE

BENEDICT CUMBERBATCH/SHERE KHAN LE TIGRE

" IL EN FAUT PEU POUR ETRE HEUREUX...." !!!!
RUDYARD KIPLING

RUDYARD KIPLING

"The Jungle Book" est un recueil de nouvelles écrites par l'écrivain anglais Rudyard Kipling en 1894. Composé en deux tomes, j'ai lu, ou plutôt on m'a conté (et j'en garde que très peu de souvenirs) dans ma toute petite enfance, l'histoire de ce jeune enfant recueilli par les loups. Maintes fois adaptés, "Le livre de la Jungle" connut son plus grand succès grâce à la magie des studios Disney en 1967 (prenant, comme à leur habitude, d'importantes libertés scénaristiques). J'espère que la vision d'Andy Serkis se rapprochera davantage de l'oeuvre littéraire !!!!

" IL EN FAUT PEU POUR ETRE HEUREUX...." !!!!

"Les hommes ne sont que des hommes. Petit frère, et leur bavardage est comme le babil des grenouilles dans la mare."

LE LIVRE DE LA JUNGLE - EXTRAIT - (Rudyard Kipling)

" IL EN FAUT PEU POUR ETRE HEUREUX...." !!!!

Voir les commentaires

" TRUE DETECTIVE / PEUT-ON CRITIQUER L'INCRITIQUABLE " ?!?!

Publié le par Mina

" TRUE DETECTIVE / PEUT-ON CRITIQUER L'INCRITIQUABLE " ?!?!

Il y a peu, mon co-blogueur 007bond (créateur de ce blog) avait osé affirmer haut et fort, ne pas avoir aimé la série "True Détective", grandement encensée autant de la part des critiques professionnels que du public. Mal lui en a pris, sans le vouloir, il a déclenché (entre autre sur le fameux site Allociné) la colère, que dis-je la foudre, de certains(es) aficionados, il en a été de même sur son blog. Poussée par la curiosité et bien que n'étant pas une sériephile dans l'âme (sauf exceptions : Twin Peaks, Hannibal et surtout "Les Borgias") je me suis confortablement installée pour découvrir "l'objet" du délit. Avant de développer, je précise que bien qu'écrivant en binôme avec mon fidèle comparse, nos goûts cinématographiques peuvent parfois diverger. Alors QUESTION : peut-on critiquer et ne pas apprécier la série, devenue culte, créée et écrite par Nic Pizzolatto et réalisée par Cary Fukunaga ?!?!? Ma réponse est sans appel : c'est oui ! et je reste, toujours à ce jour, circonspecte face aux critiques dithyrambiques concernant ce "True Détective" . Si les trois premiers épisodes m'ont paru plutôt intéressants bien que classiques : l'esthétisme du générique (travaillé), la mise en place des personnages, l'ambiance, une belle photographie. L'ennui s'est très vite fait ressentir, et bizarrement j'ai mis un petit moment pour en comprendre le pourquoi. La lumière de mon petit cerveau s'est enfin éclairée : la soi-disant originalité de True détective est qu'il n'y a justement aucune originalité. Pourquoi s'embêter à réaliser une série de 8 (longs) épisodes - un film de 2 heures aurait été largement suffisant - pour délivrer une intrigue moult fois vue, revue puis surtout 1000 fois mieux adapter et diriger ??? Je n'y ai trouvé qu'une seule raison (sauf erreur de ma part) la nouvelle génération des 18/25 ans voire 30 n'ont pas vécu les années "Seven", "Le Collectionneur", "Manhunter" (le sixième sens) de Michael Mann, "Le Silence des Agneaux", sans oublier le très controversé et excellentissime "8mn" de Joë Schumacher" : brillant, effrayant, dérangeant au héros fatigué, désabusé (tout comme Rust Cohle.), "The Offence" - 1972 - avec Sean Connery de Sydney Lumet (jamais exploité en France de par son propos) plus récemment "Prisoners", "Killer inside Me", et de rajouter une petite pointe d 'Angel Heart dans l'esprit "policier satanique". Etant de la génération des McConaughey and Co, J'aurai pu saluer toutes ces influences et ce besoin pour Pizzolatto et Fukunaga de rendre un bel hommage (cette fois-ci) télévisuel à ces oeuvres mais leur entreprise, pour ma part, ne relève en rien de tout cela. Au contraire, et là je vais recevoir le courroux de mes nombreux détracteurs : tout est beaucoup trop dosé, appuyé, exagéré, ultra-prévisible, calculé - pour ériger LA série au panthéon des chef-d"oeuvres télévisuels ULTIMES - en référence à des personnages caricaturaux, en tête un Rust Cohle "inhumain" véritable entité philosophique.. l'homme avec un grand H de ces sombres années 2000....un final décevant.. Alors qui suis-je pour oser contredire les dires et les appréciations des plus grands professionnels et d'un large public ? Une simple cinéphile qui a le droit d'exprimer son point de vue - toute critique étant subjective - (devenu difficile par les temps qui courent sans être limite insultée) mais qui respecte tout-à-fait le choix et les goûts de tout à chacun (un petit clin d'oeil à l'un de mes plus fidèles lecteurs, grand fan de la série, que j'apprécie beaucoup ^^). Nul besoin d'en préciser davantage, je rejoins l'avis (plus complet) de mon co-blogueur, et pour ma part, j'espère que le prochain David Fincher (grand maître à la matière) "GONE GIRL" marquera le grand retour du genre policier !!!!

" TRUE DETECTIVE / PEUT-ON CRITIQUER L'INCRITIQUABLE " ?!?!
" TRUE DETECTIVE / PEUT-ON CRITIQUER L'INCRITIQUABLE " ?!?!

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog