Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

127 heures !!!

Publié le par 007bond

"127 HEURES" a été réalisé par Danny Boyle et sortie sur les écrans le 23 février 2011. Au casting:

JAMES FRANCO/AARON RALTSON

" Le 26 Décembre 2006, Aaron Raltson, un jeune homme de 27 ans, se met en route pour une randonnée dans les gorges de l'Utah..."

Aprés un SLUMDOG MILLIONAIRE niais et décevant, Danny Boyle revient avec 127 heures, un sujet plus en accord avec le style du réal anglais. Qu'en est-il ? réponse dans la critique.

Se basant sur le vraie récit d'un jeune alpiniste, Aaron Ralston qui par obligation, s'amputa le bras droit pour survivre. 127 heures entraîne - à la simple lecture du résumé - bons nombres de réflexions dont celle : jusqu'où serions nous capable d'aller pour vivre ? Si la 1ère demi-heure met en avant - péniblement - Aaron, le long-métrage prend toute sa dimension dans l'heure restante. Emprisonné, enfermé, James Franco lutte au contact d'une caméra survitaminé, réelle actrice et alterego, pour retrouver sa liberté. Ce contraste entre le mouvement des plans et le combat intérieur du personnage permet  au réal d'inséminer le passé avec le présent où le destin et la redemption prennent le dessus sur la survie. C'est ici que se dessine le problème majeur : si le tout est convaincant autant dans sa réalisation que dans son écriture, il divisera le public; pour ceux qui espèrent retrouver les angoisses et les sueurs froides "chères"  à Boyle seront très vite déçus. 127 HEURES emprunte le même chemin qu'un INTO THE WILD de Sean PENN : une ôde à l'humanité, à l'amour de ceux qui vous entourent, un monde où "vivre simplement" serait le leitmotiv. Le film se perd dans ce long et ennuyeux débat sans surprise; ceci porté à un tel paroxysme : telle la fameuse scène du "bras amputé' totalement décrédibilisée. Ne reste qu'un James Franco ayant du mal à soutenir 1H30 de film rien que sur sa prestation.

127 HEURES est bien loin de mes attentes : exit l'angoisse, la clautrophobie, la survie... Danny Boyle signe un long-métrage sympathique, trop "gentillet" et convenu. Certains hurleront au génie, d'autres remarqueront qu'il ne suffit pas de prendre le sujet à l'envers - montrer la vie quand il ne reste plus que la mort - pour rendre ce 127 HEURES innovant : il s'inscrit aisément dans la lignée d'un INTO THE WILD; on adhère ou pas !!!

______________________________________________________________________________

 

AARON RALSTON

AARON ET SA FEMME

A la fameuse question test : a-t-il vraiment l'intention de s'attaquer à l'Everest. La réponse est clair : "C'est non. Plus envie de se faire mal, de grimper pour de mauvaises raisons. Mon plaisir est, désormais, de partager mon temps avec mon fils, ma femme, en vivant de mes rentes médiatiques et à continuer à parcourir cette nature que j'adore mais sans excès!!!"

___________________________________________



Commenter cet article