Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Le désert de désespérance de Monica Vitti" !!!

Publié le par 007bond

"Le désert rouge" a été réalisé par Michelangelo Antonioni en 1964. Au casting :

MONICA VITTI/GIULIANA

RICHARD HARRIS/CORRADO ZELLER

"Giuliana mariée à un industriel, Ugo et mère d'un petit garçon, Valério, est sujette à de fréquentes crises d'angoisse. Elle erre dans la banlieue industrielle de Ravenne, tout en essayant de donner un sens au monde qui l'entoure..."

Grand cinéaste italien, en réalisant en 1964 "Le Désert Rouge", Antonioni invite le spectateur dans un voyage urbain où les couleurs vampirisent son oeuvre et son héroïne, totalement désoeuvrée, la sublime Monica Vitti.

Giuliana, épouse d'un industriel, semble perdue depuis, qu'elle a subi un accident de voiture. Mère d'un enfant, elle erre souvent dans l'usine de son mari ainsi que dans la banlieue industrielle de "Ravenne". Ayant du mal à comprendre le monde qui l'entoure, Giuliana pense trouver du réconfort et de la compréhension auprès d'un certain Corrado Zeller, un ami de son mari venu recruter de la main d'oeuvre pour fonder une usine. Peine perdue, la jeune femme se perdra dans sa névrose, retournant à sa vie, aussi désolée que la triste "Ravenne".

Difficile, pour la plupart, de dépeindre ou de retranscrire, sur grand écran, la dépression, Antonioni l'a matérialisé avec les couleurs, de la plus chaude à la plus froide, celle-ci illustrant un univers industriel glacé - paysage urbain en constante progression - où évolue une "Giuliana" étouffée par sa névrose. Mais, il ne faut pas voir une critique de la part du réal italien, simplement un constat : il faut vivre avec ! Giuliana, quant à elle, est incapable d'affronter le réel, préférant se réfugier dans son propre monde. Plusieurs scènes décrivent toute sa douleur; dans son magasin vide, réelle représentation de son moi intérieur; sa montée d'angoisse - avec le son -, lorsqu'elle ne sait plus si elle doit coucher ou pas avec Corrado; son désarroi, au moment de son réveil, nue dans la chambre "rose"- expression de l'uniformisation des choses et des sentiments d'un état dépressif - Giuliana ne remarque plus rien; mais aussi, sa libération, pour un court moment, où elle narre à son fils un conte; la détresse laissant sa place à un refuge "utopique". Antonioni, tel un peintre, joue avec sa palette; "Le désert rouge" étant, en 1964, son premier film en couleur !

Portrait, tout aussi énigmatique que magnifique, d'une femme aux prises avec ses propres tourments, "Le désert rouge", plus qu'un film, est une "peinture vivante" triste,  aux multitudes couleurs : celles-ci témoignant de l'évolution du progrès - devenu inévitable - dans la société industrielle italienne et du désert psychologique d'une âme perdue, à la fois, visible et invisible !!! 

 

____________________________________________________________________



Commenter cet article