Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"LA PLANETE DE CESAR" !!!

Publié le par 007bond

"LA PLANETE DE CESAR" !!!

"Dawn of the Planet of the Apes" (La planète des singes : L'affrontement) a été réalisé par Matt Reeves. Sortie en salle le 30 juillet 2014.

ANDY SERKIS/CESAR

ANDY SERKIS/CESAR

GARY OLDMAN/DREYFUS

GARY OLDMAN/DREYFUS

TOBY KEBBELL/KOBA

TOBY KEBBELL/KOBA

JASON CLARKE/MALCOM

JASON CLARKE/MALCOM

NICK THURSON/YEUX BLEUS

NICK THURSON/YEUX BLEUS

KERI RUSSELL/ELLIE

KERI RUSSELL/ELLIE

KARIN KONOVAL/MAURICE

KARIN KONOVAL/MAURICE

KODI SMITH-McPHEE/ALEXANDER

KODI SMITH-McPHEE/ALEXANDER

JUDY GREER/CORNELIA

JUDY GREER/CORNELIA

Une nation de singes de plus en plus évolués, dirigée par César, est menacée par un groupe d'humains qui a survécu au virus dévastateur qui s'est répandu dix ans plus tôt...

"LA PLANETE DE CESAR" !!!
"LA PLANETE DE CESAR" !!!
"LA PLANETE DE CESAR" !!!
"LA PLANETE DE CESAR" !!!
"LA PLANETE DE CESAR" !!!
"LA PLANETE DE CESAR" !!!
"LA PLANETE DE CESAR" !!!
"LA PLANETE DE CESAR" !!!
"LA PLANETE DE CESAR" !!!
"LA PLANETE DE CESAR" !!!
"LA PLANETE DE CESAR" !!!
"LA PLANETE DE CESAR" !!!
"LA PLANETE DE CESAR" !!!

Prequel du film de Ruppert wyatt, "La Planète des Singes : Les Origines" aura eu du mal à convaincre les aficionados. Sa suite est sortie depuis le 30 juillet 2014 et César a bien changé.

S'il y a bien un film sur lequel je n'aurais jamais misé, c'est bien cette suite; malgré la présence d'Andy Serkis et M.Gary Oldman, le remplaçant de James Franco, Jason Clarke semblait bien fade, et l'opposition Hommes vs Singes des plus classique. Pourtant en salle, la surprise est totale : outre d'être un bon divertissement, certaines scènes sont bonnement scotchantes, accompagnées d'un scénario efficace. Analyse du blockbuster de l'été.

MOI CESAR : ROI DES SINGES

Depuis le roman de l'écrivain français Pierre Boulle, Hollywood a déjà exploité toutes les possibilités pour développer l'univers : montrer la terre sous le contrôle des singes, leurs avènements et leurs naissances. La suite du préquel de 2011 se rapproche ainsi beaucoup de l'aura Planète des Singes où le 3/4 du film se déroule comme une introspection du nouveau monde animal. César est devenu un leader d'une tribu proche, au niveau de la technologie, de l'âge de pierre, mais qui est intellectuellement évoluée (ils maîtrisent la langue des signes), comme si ces singes évolués refusaient la fatalité de devenir des hommes. Les tenants et les aboutissants sont d'emblée posés et l'arrivée d'un groupe d'humains, dans leur camp, vient sonner la chute de leur microcosme.

LE DARK KNIGHT DE L'ETE

Calmons tout de suite la montée de frénésie possible à la lecture de ce titre : ce Planète des Singes n'est pas aussi complexe et magistral que le Batman de Nolan; alors pourquoi le considérer ainsi ? Le réalisateur Matt Reeves ("Cloverfield") arrive, avec finesse, a incorporer - dans les codes des blockbusters - des réflexions et des choix artistiques qui auraient dû être freiné par les producteurs. La quasi globalité du film est sous-titré, car en langue des signes; lorsque l'on sait à quel point les spectateurs sont frileux de la V.O.S.T, l'on ne peut que féliciter le parti pris. Celui-ci permet au long-métrage d'aller plus loin que son propos originel, la chute de l'homme traduite par l'anthropomorphisme des singes, en posant la question du langage, sa beauté et ses limites. La deuxième partie du film intervient comme une grosse claque puissante venue de nulle part (et oui Hollywood peut encore surprendre). L'univers gagne en maturité et "La Planète des Singes : L'affrontement" devient la dystopie tant attendue !

UNE HISTOIRE DE SYNTHESE

Le rendu de l'interprétation des acteurs "motion/capturés" brille. Le nombre des détails sur les visages des personnages principaux est ahurissant de réalisme. On plonge, sans contraintes graphiques, dans ce monde post-apocalyptique. Le travail du chorégraphe pour singer les mouvements ajoute en crédibilité et les comédiens peuvent s'en donner à coeur joie. La technologie est supérieure avec tout ce qui a déjà été fait; pour preuve, les acteurs en costumes ont pu être filmé en 360° en extérieur. Conséquence directe, les effets spéciaux sont plus naturels et gagnent en crédibilité. Andy Serkis peut aisément nous captiver à travers toutes les subtilités de son jeu puis ajouter une épaisseur dramatique à la destinée de César.

L'EFFET PEAU DE BANANE

On peut alors s'imaginer que ce Planète des Singes est une véritable pépite pour le cinéma de type "divertissement", mais certains défauts viennent noircir l'idyllique tableau. Le lien créé par César et le comédien Jason Clarke/Malcom reste assez superficiel et attendu; leurs scènes sont sans surprises et Jason Clarke complètement effacé par le talent d'Andy Serkis. Cependant étonnement pour Gary Oldman qui, au vu des trailers, semblait interprété le badguy : il redevient une sorte de James Gordon survivaliste. Au final, le plus gros défaut de ce divertissement réside dans sa scène finale, en deçà du reste, sans grand enjeu et beaucoup trop classique face à ce qui précède. Comme bridé par son propos et sa mise en scène soignée, pour délivrer un enième duel sans saveur.

VERDICT

Malgré ses quelques erreurs de parcours, la nouvelle licence commence à prendre ses marques et s'affranchit de l'aspect fanservice du premier volet. Le regard de César sur notre société se révèle beaucoup moins manichéen et le lien homme/singe s'amincit de plus en plus. Divertissant, intelligent et esthétiquement sublime "La Planète des Singes : L'affrontement" place la barre très haute face aux blockbusters de cet été 2014. Un grand spectacle pour les yeux et les méninges !!!

"LA PLANETE DE CESAR" !!!
MATT REEVES

MATT REEVES

"LA PLANETE DE CESAR" !!!
"LA PLANETE DE CESAR" !!!
"LA PLANETE DE CESAR" !!!
"LA PLANETE DE CESAR" !!!
"LA PLANETE DE CESAR" !!!
"LA PLANETE DE CESAR" !!!
"LA PLANETE DE CESAR" !!!

Commenter cet article

dasola 15/08/2014 11:40

Bonjour Mina, tu as été conquise, tant mieux. Personnellement, j'ai préféré le scénario du précédent mais c'est très bien quand même. Bonne journée.

Mina 15/08/2014 23:29

Bonsoir Dasola, bien que se soit 007bond qui a fait la critique, je le rejoins dans son ressenti mais j'ai pu remarquer que vous étiez nombreuses (eux) à préférer le scénario du premier et bien que moi aussi, je le trouve réussi, tout comme 007bond le deuxième volet est, de notre point de vue bien sûr, beaucoup plus poussé dans sa réflexion, comme quoi les ressentis de chacun, très bonne fin de soirée et bon week-end Dasola :)